Sous les jupes de Fip invite Bernard Lavilliers
© Lavilliers au Festival du bout du Monde 2011 à Crozon

Lundi 19 septembre à 20h, Bernard Lavilliers, insatiable chercheur d'amour, vient souffler un vent d'humanité Sous les jupes de Fip.

Sous les Jupes de Fip soulève le voile tous les lundis à 20h sur les sons et les couleurs de votre semaine musicale ; retrouvez une sélection de nouveautés et de pépites sonores dénichées par les programmateurs, ainsi que les petits secrets des disquaires

Lundi 19 septembre, Frédérique Labussière et Marc Maret invitent l'une des figures emblématiques de la chanson française : Bernard Lavilliers. Deplus, Harold Madiou du disquaire stéphanois "Forum Saint-Etienne" viendra  présenter ses coups de coeur de la rentrée.

Sous les Jupes de Fip invite Bernard Lavilliers

L'actualité de Bernard Lavilliers c'est, entre autres, la réédition le 16 septembre de son album-concept culte Pouvoirs, un manifeste enragé, boudé à sa sortie en 1979, qui dénonçait le culte criminel de l'argent, la puissance des multinationales, de la finance, les pouvoirs de la religion, de la politique, de la corruption, de la peur.

« La peur, c’est depuis le début le chantage du pouvoir » 

La Peur, écrite en 1979 pour l'album Pouvoirs résonne aujourd'hui comme jamais. Pour ce disque peu joué en concert à ses débuts, Bernard Lavilliers souhaite "remettre les pendules à l'heure". La réédition s'agrémente de quelques titres emblématiques issus d'autres disques ( Frères de la côte, Sœur de la zone, Bats-toi, ou encore de reprises inédites avec des artistes sensibles et engagés de la scène actuelle tels que Jeanne Cherhal, Fischbach ou Feu! Chatterton.

Pouvoirs

 
Lavilliers a toujours dénoncé les basses manœuvres, le mépris du peuple, le clientélisme. Son arme c'est la poésie, ce sont les mots qu'il respire, les sensations qu'il glane au gré de ses périples en Amérique latine, aux Caraîbes, en Afrique, en Asie. FIP, qui n’a de cesse de vous faire voyager, fut vite à l’écoute de cet esprit curieux et libre, et même la première radio à passer les chansons du baroudeur humaniste et révolté, originaire de Saint Etienne.

L'ami Bernard est né Oulion, en 1946, d’une mère institutrice et d’un père ancien résistant, ouvrier dans une manufacture d’armes et syndicaliste. Il grandit dans un milieu qui lui a donné le goût de la culture et de l’engagement. De ses parents il tient son attirance pour les rythmes chaloupés, pour la poésie, le jazz et la musique cubaine. Jeune ouvrier tourneur à la MAS, il se cherchait :  "je ne savais pas si je serais gangster, boxeur ou poète ". La chanson l'a pris au corps. Il sort son premier disque Chanson pour ma mie  en 1968, avec en titre son prénom et un énigmatique "Lavilliers".   

C'est ailleurs que notre chanteur-voyageur choisit de s'éprouver pour larguer ses repères, en prenant le temps de rester un temps certain dans chaque pays pour s'imprégner des gens qui le font. Bernard Lavilliers aime toujours et partout où la vie le mène. Il subit toutes les influences. Avec sa poésie ou celle des autres, il lutte contre le quotidien et se fait témoin du tumulte de la misère et de l'injustice, comme dans le titre Noir et blanc ( 1986 ) dans lequel il évoque l'Apartheid et Nelson Mandela, alors emprisonné.

« De n’importe quel pays, de n’importe quelle couleur, la musique est un cri qui vient de l’intérieur »

Solidaire des Causes perdues mais toujours marginal, Lavilliers se pose de temps à autre mais la nécessité de la route le rappelle sans cesse : On the road again
Parfois il laisse de côté  l'Amérique du Sud qu'il affectionne tant pour l'Afrique ou l'Asie où il va piocher de nouvelles sonorités. Guitare et carnet de bord en bandoulière, parfois désenchanté mais toujours vivant, il nous fait partager ses voyages intérieurs et ses réflexions sur l'état du monde comme dans l'album Faits Divers (1991).

Comment va le monde, il est rouge sang. Et à mon avis il l’est pour longtemps ". 

Pour suivre la vie de Bernard Lavilliers avec un regard qu'il a voulu nouveau, rien de tel que de parcourir l'album Acoustique (2014), et de s'imprégner de l'humeur des 14 reprises intimistes de ses chansons emblématiques, dont de magnifiques duos avec Jean-Louis Aubert, Faada Freddy ou encore Catherine Ringer :

Programmation musicale

20h03 : FEU CHATTERTON - Freres De La Cote
20h07 : ADRIANO VITERBINI - Welcome Ada
20h14 : TEE SEE CONNECTION - Take My Breath Away
20h15 : LOUIS JEAN CORMIER - Montagne Russe
20h20 : J MASCIS - Drifter
20h23 : IMANY - Silver Lining
20h26 : TM JUKE - Put Your Hands Up For Detroit
20h32 : CYRIL MOKAIESH AND BERNARD LAVILLIERS - La Loi Du Marche
20h40 : ESMERINE - Pas Trop Pas Tropes
20h52 : JOE BATAAN - It S A Good Feeling
20h59 : PETE RODRIGUEZ - I Like It Like That
21h00 : RAY BARRETTO - Pastime Paradise
21h09 : THE SPANISH HARLEM ORCHESTRA - Tambori
21h11 : BONGA - Mulemba Xangola
21h23 : SERGE GAINSBOURG - Tatoue Jeremie
21h24 : CESARIA EVORA - Petit Pays
21h25 : ANGA DIAZ - A Love Supreme
21h28 : MUSICA NUDA FERRUCCIO SPINETTI PETRA MAGONI - Couleur Cafe
21h30 : SERGE GAINSBOURG - Tatoue Jeremie
21h32 : ANGA DIAZ - A Love Supreme
21h38 : IBEYI - River
21h42 : FRENTE CUMBIERO - Chucusteady
21h46 : U ROY TIKEN JAH FAKOLY - Get Up Stand Up
21h49 : TOOTS AND THE MAYTALS - Louie Louie
21h55 : NORMAN BLAKE - I Am A Man Of Constant Sorrow
21h56 : FISHBACH - Petit Monstre
21h59 : ALLAH LAS - High

Commentaires