Jimi Hendrix, huit ans de carrière

jimi bannière ok

jimi bannière ok © Radio France

James Marshall Hendrix commence sa carrière en 1962 au sein des King Casuals avec son ami de l'armée, le bassiste Billy Cox. Il enchaîne ensuite quelques collaborations auprès de Ike & Tina Turner ou de Little Richard en 1965. Mais ce dernier trouve qu'il cherche trop à se mettre en avant et se passe de ses services de guitariste.

Après quelques notes, on reconnait déjà le style qui fera le succès de Jimi Hendrix


 

Il enchaine les petites collaborations comme guitariste de "backup" dans différents groupes. Et en 1965, il apparaît pour la première fois à la télévision, aux côtés de Buddy et Stacey, deux chanteurs plutôt dans le genre R'n'B mais qui – eux – ne passeront pas à la postérité.

 

Formation de The Jimi Hendrix Experience

L'année suivante, il accumule les cachets dans de petits groupes new-yorkais sans trop d'envergure avant de s'envoler pour Londres où il monte sa propre formation – The Jimi Hendrix Experience – avec Noel Redding (à la basse) et Mitch Mitchell (à la batterie). Le 16 décembre 1966, ils enregistrent "Hey Joe" qui sera numéro un au Royaume-Uni dès le début du mois de janvier 1967.

 

Le 12 mai 1967, c'est sortie du premier album de The Jimi Hendrix Experience, "Are You Experienced?". On retrouve sur ce disque les premiers succès du guitariste tels que "Purple Haze" ou "The Wind Cries Mary". Le magazine Rolling Stone classe l'album au 15e rang des 500 plus grands disques de tous les temps.

Plus tard, le 4 juin 1967, Jimi Hendrix s'amuse. Il interprète avec son groupe le titre "Sgt. Pepper's Lonely Heart Club Band", du disque des Beatles du même nom, sorti trois jours plus tôt. On en conserve une version interprétée en décembre de la même année.

 

Le groupe ne chôme pas et sort en décembre 1967 — toujours à Londres – son deuxième album "Axis: Bold As Love". On est très loin du disque sorti quelques mois plus tôt, et si les chansons ne dépassent toujours que difficilement les trois minutes, Jimi Hendrix se révèle plus encore. Il propose ici un album centré autour de ses talents d'auteur-compositeur. Peu après, il enregistre une reprise de "All Along The Watchtower" de Bob Dylan, qui deviendra un véritable hymne.

 

Il quitte ensuite Londres pour continuer d'enregistrer son troisième album à New York. Le guitariste en profite pour tirer parti d'un enregistreur 16 pistes dernier cri et laisser libre court à son exubérance musicale. 

Jimi Hendrix a une attitude peu conventionnelle de travailler en studio, "il voulait enregistrer avec un maximum de musiciens", rappelle Luc Frelon, programmateur à Fip. La valse des musiciens et le manque de rigueur énervent le producteur Chas Chandler, qui finit par claquer la porte. Ces sessions d'enregistrement finissent aussi par détériorer les relations de Hendrix avec les deux membres autres de The Experience, en particulier avec Noel Redding le bassiste.

Electric Ladyland, le chef d'œuvre

L'année suivante, début 1968, la première compilation de The Experience sort au Royaume-Uni. "Smash Hit" sera rapidement oublié au profit de "Electric Ladyland", qui se retrouve dans les bacs en octobre 1968.

Ce disque "chef d'œuvre" marquera l'apogée du guitariste, indique Yazid Manou. Le spécialiste de Jimi Hendrix ajoute que le musicien "aura du mal à trouver une suite à cet album". C'est ce que qui peut expliquer que les ayant-droits de Jimi Hendrix aient tant d'enregistrements inédits.

"Venez avec un chien, un(e) ami(e), mais soyez là."

"Venez avec un chien, un(e) ami(e), mais soyez là." © jimihendrix.com

 

Ici, The Experience ne se contente plus de jouer des chansons de trois minutes mais produit de véritables improvisations sur scène, des "bœufs" qui durent souvent plus de dix minutes. Mais au fond, les répétitions et les enregistrements se passent de plus en plus mal, les rapports entre les membres se détériorent plus encore.

 

Après le concert de The Jimi Hendrix Experience au festival de Denver en juin 1969, le groupe se sépare.

Suite et fin

Jimi Hendrix cherche à intégrer des percussions à ses enregistrements et ses concerts. Il reste avec son ancien camarade de l'armée Billy Cox, et fait appel Juma Sultan et Jerry Velez. Les deux percussionnistes rejoignent ainsi Larry Lee qui fera office de second guitariste.

La petite équipe constitue le nouveau projet de Jimi Hendrix : le Gypsy Sun & Rainbows. Ils jouent un rock qui se démarque de celui de The Experience et qui prend des formes plus libres. C'est cette formation qui est la tête d'affiche du festival de Woodstock en août 1969.

 

Toujours dans l'esprit "gypsy", Jimi Hendrix change encore de formation musicale : Billy Cox est toujours là, à la basse. Les deux anciens camarades sont rejoints par Buddy Miles à la batterie. Tous les trois, ils forment un groupe entièrement afro-américain, le Band Of Gypsys

Après une performance unanimement reconnue comme ratée au Madison Square Garden, Buddy Miles quitte le groupe. C'est Mitch Mitchell – de The Experience — qui fait son retour à la batterie. En juin 1970, Jimi Hendrix inaugure son propre studio d'enregistrement à New York, le Electric Lady. Son entourage le trouve plus appliqué et rigoureux dans sa pratique des répétitions, et il avance vers la création de son quatrième disque.

L'été 1970 marque son passage au Monterey Pop Festival en Californie, et une courte tournée européenne (Île de Wight, Göteborg, Copenhague, etc). La santé chancelante de Billy Cox force le trio à annuler le reste des concerts et ils livrent leur dernière prestation le 6 septembre 1970. Dans la foulée, Jimi Hendrix retourne à Londres.

Un journal de Long Beach (CA) annonce la mort de Jimi Hendrix.

Un journal de Long Beach (CA) annonce la mort de Jimi Hendrix. © DR

On le retrouve sans vie le 18 septembre 1970 dans sa chambre de l'hôtel Samarkand, sans doute après un abus de drogues. Jimi Hendrix est enterré deux semaines plus tard dans sa ville natale, Seattle.

 

Dossier réalisé avec l'aide de la discothèque de Radio France.