Nuit Rolling Stones - pépites

Biographie | Premiers pas | Pépites | Reprises | Abécédaire

 

Avec la discothèque de Radio France, Fip vous propose de revivre en interviews, extraits de studio ou chutes d'enregistrements, les grands moments des Rolling Stones.

En français dans le texte

Au début de leur carrière, les Rolling Stones passent de nombreuses fois en France, où il déplorent qu'il "n'y a pas de filles" parmi leurs fans. À l'occasion de leur passage à Paris le 20 octobre 1964, le journaliste François Jouffa décroche une interview du groupe. Mick Jagger s'y exprime en partie en français, en revanche, il ne chante pas en français : "Cela ne sonnerait pas bien."


 

"Quand nous étions en Suisse, on m'a appelé mademoiselle cinq fois dans la même journée", s'amuse le bassiste Bill Wyman. Dans cette deuxième partie de l'interview de François Jouffa, on apprend également qu'après un concert du groupe à l'Olympia à Paris, la foule se déchaîne sur les commerces aux alentours.


 

Le 17 octobre 1973, les Rolling Stones organisent à Bruxelles un concert réservé aux Français.

Le 17 octobre 1973, les Rolling Stones organisent à Bruxelles un concert réservé aux Français. © RF

 

Dans une interview de 1973, Mick Jagger se plaint des déboires des Rolling Stones avec la police française. Deux ans plus tôt alors que tout le groupe séjourne sur la Côte d'Azur, pendant l'écriture du disque Exile On Main Street, ils doivent quitter précipitamment la France avant une descente de la police. Après ce départ en catimini, Keith Richards est interdit de séjour sur le territoire français jusqu'à la fin de l'année 1973.


 

Naissance de Sympathy for the Devil

En 1968, en plein enregistrement de Beggars Banquet, Jean-Luc Godard accompagne les Rolling Stones. Il réalise One + One, un documentaire sur la génèse de Sympathy For The Devil, un film entrecoupé de scènes qui ont peu à voir avec le groupe anglais – le réalisateur est en pleine période maoïste à ce moment-là. Le travail de Godard met en lumière le rôle moteur que Mick Jagger commence à prendre, aux dépens de Brian Jones, qui s'éloigne de plus en plus.

Errances psychédéliques, évolution du jeu de Keith Richards ou encore invités de marque sur le disque, ce film sans commentaires montre sans filtre le travail des Rolling Stones en studio. Et la naissance d'un tube.

 

 

"La musique est propre"

Dans une interview – sans doute aux alentours de 1972 – Keith Richards répond aux détracteurs des Rolling Stones qui les accusent de jouer de la musique "diabolique". À la fin de cet enregistrement, il s'explique :

"Qu'importe ce que nous représentons aux yeux des parents, c'est simplement de la musique. Nous la jouons comme nous la sentons. Si elle sonne « mauvais » aux plus agés, c'est que quelque chose ne tourne pas rond chez eux."

"S'ils voient dans notre musique quelque chose de diabolique, j'imagine que c'est dans leur tête. Je pense que la musique est propre."