Nuit Rolling Stones - reprises

Biographie | Premiers pas | Pépites | Reprises | Abécédaire

 

Plus de 400 reprises pour le seul morceau (I Can't Get No) Satisfaction, des milliers en tout, y compris par des artistes majeurs. Les Rolling Stones inspirent et poussent à l'hommage, petite revue de reprises et de références.

 

aux sources de la soul

Dès 1965, alors que les Rolling Stones ne sortent que des 45 tours, un certain Otis Redding s'essaye au délicat exercice qu'est la reprise. Le chanteur soul reprend Satisfaction, dans une version devenue célèbre. Un prêté pour un rendu puisque les Stones avaient reprise la même année Pain in my Heart, une réinterprétation de la chanson d'Irma Thomas, Ruler of my Heart.

 

 

Les racines "black music" des Rolling Stones

En 1970, une choriste de Ray Charles, de Bobby Darin ou des Stones d'ailleurs, se lance dans une carrière solo. Un an après la sortie de Let it Bleed, elle sort son premier disque et reprend Gimme Shelter. Et il faut bien reconnaître que cette version soul de Gimme Shelter par Merry Clayton est une réussite. À tel point qu'il deviendra le premier "single" de son album.

 

 

Pourquoi pas en glam-rock ?

Ami du groupe, David Bowie verse aussi dans la "cover". En 1973, il propose une reprise de Let's Spend The Night Together, largement réinstrumentalisée à la sauce glam-rock.

 

 

Marianne Faithful et "son" orchestre

Ancienne compagne de Mick Jagger, pour qui il a écrit As Tears Go By (1964), Marianne Faithful se prête trente ans plus tard à l'exercice de la reprise. En 1994, avec l'orchestre symphonique de Londres, elle interprête Ruby Tuesday, tout en musique classique.

 

 

De la pop au punk

Les Californiens de Social Distortion ont le sens du défi ; interpréter à la sauce punk un des titres les plus pop et les plus calmes des Rolling Stones. En 1988, c'est Backstreet Girl qui a la faveur de la petite équipe de Mike Ness.

 

 

Guitare classique ou sitar ?

"Et si on remplaçait le sitar de Brian Jones par un guitare classique ?", c'est sans doute la question que s'est posé Eric Henderson. Le guitariste classique, formé en Espagne, s'est mis en tête de reprendre Paint it Black. Et le morceau ne manque pas franchement de puissance.