Jérusalem Holocène # 1 / Jérusalem Plomb Durci / 33 Tours et quelques secondes - Le Lieu Unique - Nantes

Du 26 au 29 mars 2013

Cinéma, musique, performance ....trois créations singulières à découvrir sur la scène du Lieu Unique à Nantes ....

Jérusalem Holocène # 1
Depuis 2003, le collectif Berlin dresse des portraits de
villes (qui forment le cycle Holocene) choisies à la fois pour leurs
particularités et leur portée universelle. La solitude, la peur de l’autre, la
méfiance relient toutes ces villes entre elles.
Au microcosme de Bonanza, la plus petite ville du Colorado
comptant 7 habitants, répond le macrocosme de Jérusalem, aujourd’hui au coeur
du conflit israélo-palestinien. Jérusalem Holocene # 1 n’est pas une simple
projection documentaire. À travers trois écrans, symboles des trois grandes
religions monothéistes, le collectif Berlin nous met face à la complexité de
cette ville, coeur et berceau des trois grandes religions et de la politique
mondiale actuelle.

Mardi 26 mars et mercredi 27 mars à 19h30 au Lieu Unique

 

Winter Family / Ruth Rosenthal & Xavier Klaine
Les chants, les discours, les sirènes et les danses sont omniprésents
dans ce portrait d’une ville sous tension. Ruth Rosenthal et Xavier
Klaine ont, en 2009 et 2010, à Jérusalem, enregistré des sons, rassemblé
des images de cérémonies organisées à l’occasion des anniversaires
simultanés de l’état d’Israël et de la « réunification » de Jérusalem,
dans les écoles, les quartiers, et un grand nombre de lieux.
Adoptant les codes de la propagande, ils composent cette pièce comme une performance de théâtre documentaire.

Entre les résolutions de l’ONU et les émissions télévisées, cette
pièce singulière met à jour un système très organisé qui place
l’instrumentalisation de l’émotion au coeur de la machine de guerre
d’Israël.

Mardi 26 et mercredi 27 mars à 21h au Lieu Unique


33 Tours et quelques secondes

Performance en anglais, arabe et français, surtitrée en
français
Diyaa Yamout, jeune Libanais, met fin à sa vie. Dans sa
lettre d’adieu, il revendique sa disparition comme un acte personnel qui ne
peut être politiquement récupéré. Les comédiens et metteurs en scène Rabih
Mroué et Lina Saneh nous invitent à suivre les derniers jours de ce personnage
fictif, ainsi que les réactions que suscite son suicide. Ils reconstruisent sa
chambre, où tout continue à interagir avec le vivant : télévision, répondeur,
ordinateur, page Facebook, imprimante… Cet univers n’a plus besoin de présence
humaine pour fonctionner ; l’information se déverse imperturbablement… Avec ce
spectacle semi-documentaire, le couple d’artistes libanais médite sur la
paralysie politique de leur pays où le feu de la révolution arabe semble
n’avoir allumé aucune étincelle. Que signifie cette impossibilité à réagir ? Un
tel acte de désespoir peut-il ranimer l’espoir de changement dans une nation à
ce point divisée ?.

Jeudi 28 et vendredi 29 mars à 21h au Lieu Unique

 

 

Commentaires