1 Heure 23 min 14 sec et 7 centièmes du 27 février au 1er mars au Théâtre de Saint-Nazaire

Du 27 février au 01 mars 2015
1 Heure 23 min 14 sec et 7 centièmes du 27 février au 1er mars au Théâtre de Saint-Nazaire
© Jonathan Sirch

Nouvelle création de Jacques Gamblin … autour du sport …

Saint-Nazaire, ville très sportive, accueille avec bonheur la nouvelle création du comédien Jacques Gamblin qui explore la relation singulière entre un entraîneur et son champion, tissée au fil des entraînements.
Jacques Gamblin, acteur que l’on sait dans les films de Lelouch, Tavernier, Guédiguian, Philippe Lioret Jean Becker …est un aussi un auteur remarquable.
Danseur et athlète, son écriture passe par le corps.
Un jour il croise la route du danseur Bastien Lefèvre avec qui il a en commun le besoin d’action. Ensemble il monte Tout est normal, mon cœur scintille et l’entente est magique. L’envie d’un second duo est donc née.
"Une heure vingt trois minutes quatorze secondes et sept centièmes" de sport de haut niveau en compagnie d’un coach-acteur et d’un athlète-danseur.
« …Notre histoire avec le travail sportif est commune. Bastien a pratiqué dans son enfance et son adolescence de nombreux sports de compétition. J’ai fait de même quelques décennies auparavant. Nous avons tous deux approché l’esprit du collectif bien sûr mais aussi la sensation d’aller au bout des choses, la recherche de nos limites et surtout la prise de conscience de nos «illimites». Transmettre, chercher, douter, trouver… Des coups de gueule, du trivial, de l’obsession, de la rébellion, du courage, de la saccade et de la douceur, des mots et du mouvement, de l’humour et de l’absurde.»
Un grand moment sur la force des défis.

Textes  : Jacques Gamblin
Mouvements : Bastien Lefevre
Scénographie : Alain Burkarth
Lumières  : Laurent Béal

Vendredi 27 février et samedi 28 février à 20h30 at dimanche 1er mars à 16h au Théâtre de Saint-Nazaire

Infos pratiques

Le Théâtre, Scène Nationale de Saint-Nazaire

rue des frères Pereire
44600 Saint-Nazaire
France

0240229136

Commentaires