Fred Pellerin le 16 octobre au Carré de Saint-Médard-en-Jalles

Le 16 octobre 2013
Fred Pellerin le 16 octobre au Carré de Saint-Médard-en-Jalles
Fred Pellerin © Jean-François Gratton

Le conteur hallucinant présente son 5ème spectacle, De peigne et de misère ...

 

Né en 1976 au Québec, dans la région de la Mauricie, Fred Pellerin est écrivain, scénariste et chanteur.
Il est devenu «conteur agréable par mégarde» après avoir été bercé par les
histoires de sa grand-mère, de son voisin Eugène et de son père, à Saint-Elie-de-Caxton
où sa famille est établie depuis sept générations.
Le conteur franco-québécois est dotée d’une imagination débridée
qui lui permet d’improviser des heures durant des histoires à dormir debout. 
Sur la trame de ses contes, il invente chaque soir un nouveau langage plein de drôleries et
d’humanité.

 

« De peigne et de misère » met en scène Méo,
le décoiffeur du village …
“Au recensement du Saint-Élie-de-Caxton légendaire, le barbier figure en tête
de liste… Le barbier, Méo. Lui qui tint chignon sur rue principale pendant de
nombreuses années et qui marqua l’histoire de son fer à friser. Au village, Méo
veilla pendant longtemps sur la capillarité générale. À décoiffer juste à
point, il su prendre de front tous les tenants de la raie droite et monotone.
Le génie frisait la folie. Ou l’inverse. Et peu importe. Ça se tenait ensemble.
Maître dans l’art du sarclage, habile à trier les cheveux
blancs et les idées noires, Méo avait surtout les cheveux en face des trous.
Aussi, sachant tirer profit de son accès aux têtes des chacune et chacun, Méo
en vint vite à s’inventer une philosophie du secret éventré et une sagesse de
la redistribution de la confidence. Sans lui, les histoires ambiantes
n’auraient pas l’élan qu’on leur connaît.
Méo. Fin stratège de l’incroyable. Jusqu’à ce jour-là où le
sort de l’humanité vint se poser sur les épaules du village. Ce fut lui qui sut
garder vive la mèche de l’espoir.”
  Fred
Pellerin

Mercredi 16 octobre 2013 à 20h30 au Carré de Saint-Médard-en-Jalles

 

 

Commentaires