Partenariat fip

François Verret Cie FV joue "Le Pari" à Strasbourg

Du 07 au 08 février 2017
François Verret Cie FV joue "Le Pari" à Strasbourg
Photo de Jean-Louis Fernandez

Le chorégraphe interroge avec force notre rapport au monde.

François Verret, un des chorégraphes majeurs de la Nouvelle danse française, poursuit une résidence sur plusieurs années entre Pôle Sud et les Migrateurs, sur la thématique de la mémoire collective. Une mémoire nécessaire, d'après lui, car notre époque cultive une fuite en avant et nous engage sur des chemins d'irréalité au monde. Le Pari est la deuxième création issue du projet artistique Chantier 2014-2018. Il s'agit d'un processus de création lié au plateau avec des actions artistiques impliquant les populations des territoires où il est présent. Le spectacle fait suite à Rhapsodie démente, créé en janvier 2015 et à Dedans-Dehors en avril 2015 : 

Pour François Verret la danse est un art d’équipe, un partage entre artistes issus de différentes cultures et languages. Pour lui, il est nécessaire d'inventer d'autres espaces que celui du plateau. Le Pari, réunit le musicien et compositeur Marc Sens, les danseurs-acteurs Natacha Kouznetsova et Chiharu Mamiya, la comédienne Charline Grand et le scénographe Vincent Gadras. Les maux et les rêves de la condition humaine sont au coeur de ce Pari chevaleresque.

" Du fond de la grisaille où nous nous trouvons, nous faisons le pari que nous saurons inventer en actes des manières de résister ensemble au populisme ambiant, à cette « folle » gestion de moyens insensés mis en œuvre pour « normaliser » les esprits, les décerveler, les abrutir, « fabriquer du crétin » qui caractérisent le Royaume ". François Verret

Avec : Charline Grand, Natacha Kouznetsova, Paul Poncet et François Verret

Scénographie : Vincent Gadras

Lumières : Nicolas Barraud 

Costumes : Laure Mahéo 

Vidéo : Paul Poncet et Claire Roygnan 

Création son : Teddy Degouys, Mikael Plunian, Manu Léonard et Loïc Le Roux

Régie son : Mikael Plunian 

Musiques : Marc Sens 

Mardi 7 et mercredi 8 février à 20h30 à Pôle Sud

Commentaires