Des arbres à abattre de Thomas Bernhard au TNS du 3 au 19 octobre - Strasbourg

Du 03 au 19 octobre 2013
Des arbres à abattre de Thomas Bernhard au TNS du 3 au 19 octobre - Strasbourg
Les Larmes amères de Petra Von Kant © Radio France

Le procès des artistes et de leurs admirateurs … une pièce vitale, mise en scène par Claude Duparfait et Célie Pauthe ...

Le spectacle a été créé en mai 2012 à la Colline-théâtre
national.
“... je hais Vienne mais je suis quand même forcé de l’aimer, et je pensai,
tandis que je courais déjà à travers le centre ville, cette ville est quand
même ma ville et elle sera toujours ma ville, et ces gens sont mes gens et
seront toujours mes gens...”
dixit le personnage du vieux comédien acariâtre du Burgtheater, mis à
l’honneur lors d’un dîner artistique. Il retrouve des anciens amis artistes qu’il
avait quitté trente années auparavant.
Le matin même ils se sont tous retrouvé
aux obsèques d’une amie artiste commune qui s’est suicidée.
Le texte de Thomas Bernhard dresse un portrait au vitriol de l’intelligentsia viennoise.
La pièce observe, nous questionne, juge, s’indigne, ironise …
Claude Duparfait et Célie Pauthe ont transformé
le très long monologue en une vraie pièce où les personnages sont comme des
fantômes qui s’agitent autour d’un piano-cercueil.
Ils ont pris le parti de
l’intelligence du texte et du jeu des acteurs. Les mots échangés évoquent avec
un humour mordant la violence du temps qui passe, les aspirations profondes,
les non-dits et l’amitié …
Thomas Bernhard nous oblige à nous positionner, à nous
révolter.
Il ne s’épargne pas plus qu’il n’épargne aucun des convives de ce
mémorable dîner artistique.

Adaptation et mise en scène : Claude
Duparfait en collaboration avec Célie Pauthe
avec :
Claude Duparfait, François
Loriquet, Annie Mercier, Hélène Schwaller, Fred Ulysse et la participation
d’Anne-Laure Tondu


Du jeudi 3 au samedi 19
octobre 2013 au TNS

 

 

Infos pratiques

TNS - Théâtre National de Strasbourg

1 avenue de la Marseillaise
67000 Strasbourg
France

0388248800

Commentaires